couverture

L’autre jour, j’ai voulu congeler un reste de je ne sais quoi, et en ouvrant les tiroirs du congel, je me suis aperçue qu’il était presque plein. Du coup, il faut que je me lance dans une opération vidage partiel si je veux pouvoir mettre de nouvelles choses. J’essaie d’éviter le syndrome écureuil qui consiste à stocker plein de bouffe et à ne plus se rappeler de ce qu’on a, mais j’avoue qu’avec ma mémoire de poisson rouge, pas évident (écureuil, poisson, on aime les bestioles chez moi…)

Du coup je me suis retrouvée devant un tiroir de congel archi blindé, mais que de choses qui sont longues à préparer (gigot, blanquette, joue de porc…). Or, hier soir, j’avais faim et pas envie de manger trop tard (enfin, tout est relatif, on passe rarement à table avant 21h30 en temps normal). J’ai déniché deux blancs de poulet, parfait, c’est bon, c’est rapide et ça va avec tout.

Après, ben comme d’habitude, je me suis lancée dans une expédition frigo-placards et j’ai déposé sur le plan de travail un peu tout ce qui devait être utilisé en priorité, tout en tenant compte de mon envie d’exotisme et de saveurs qui réchauffent. 

C’était parfumé à souhait, la coriandre apportait toute la fraicheur nécessaire et les vermicelles de riz, ça change du riz basmati ou des noodles. Et bonus additionnel : ce plat est ultra rapide à faire.

Pour deux personnes

  • 2 filets de poulet
  • 2 nids de vermicelles de riz
  • 1 cuillère à soupe de sauce soja sucrée
  • 1 cuillère à soupe de sauce soja claire
  • 2 oranges
  • 1 cuillères à soupe de miel
  • Poivre
  • 2 gousses d’ail
  • 1 oignon
  • 1 botte de coriandre (ciselée)
  • 2 cuillères à soupe d’huile de sésame (à défaut d’huile neutre)

Dans un bol, mettre le jus d’une orange, les sauces soja et le miel, poivrer, mélanger.

Ajouter le poulet coupé en morceaux de la taille d’une bouchée, mélanger et laisser mariner une demi-heure.

poulet marinade

 

Dans une poêle, mettre l’huile de sésame et ajouter l’oignon coupé en petits morceaux. Laisser cuire une dizaine de minutes jusqu’à ce que l’oignon soit fondant, puis ajouter le poulet, en prenant soin de ne pas mettre trop de marinade.

On garde la marinade précieusement pour après.

Laisser cuire jusqu’à ce que le poulet soit doré puis ajouter la marinade.

poulet qui cuit

 

Pendant que le poulet cuit, réhydrater les vermicelles dans de l’eau bouillante. Attention, quelques minutes suffisent : ils ne doivent pas rester trop longtemps dans l’eau sous peine de se transformer en magma infâme.

Egoutter les vermicelles et les remettre dans la casserole, couvrir.

Dans la poêle où se trouve le poulet, ajouter l’ail coupé en petits morceaux et le jus de la seconde orange, mélanger et laisser chauffer deux minutes.

Verser le contenu de la poêle dans la casserole où se trouvent les vermicelles, ajouter la coriandre.

dernière étape

 

Mélanger et servir de suite.

fin post

Déguster pendant que c’est chaud en se disant que les fonds de placard, c’est pas mal parfois.

version_imprimable