couverture

Cette recette a été réalisée il y a un bon moment, je n’avais jamais eu le temps de la poster. Comme en ce moment, je suis très improductive en cuisine, j’en profite pour la ressortir du placard.

 

J’avais déjà mentionné précédemment mon goût prononcé pour un gâteau autrichien au pavot, le Mohnstrudel (mais warum kan ich Deutsch nicht mehr vestehen ? C’est trop rageant à la fin, les meilleures recettes sont en allemand…).  J’ai cessé de tenter d’en refaire après deux échecs cuisants, mais ce n’est pas pour autant que j’ai cessé de rêver à cette saveur envoûtante.

En surfant, je suis tombée sur une recette de Makocz, un gâteau polonais au pavot. C’est une pâte levée, avec farine et fécule et 50 g de levure de boulanger. J’ai un peu tiqué en voyant la quantité de levure, mais finalement, ça passait bien. J’ai en revanche divisé par deux la quantité de farce et j’ai bien fait, car même ainsi, ça faisait beaucoup (si j’en crois les dires d’une partie des cobayes et mon propre avis également).

J’ai, comme souvent, modifié quelques petites choses, notamment le temps de pousse. La recette disait deux heures au frais, moi j’ai laissé une nuit entière parce que je ne pouvais pas faire autrement, et c’était nickel. J’ai également pas mal tâtonné pour la garniture car j’ai eu quelques soucis de texture, mais au final, j’ai obtenu un gâteau moelleux, parfumé, parfait pour le petit déjeuner ou la pause-café.

 

Pour un gros roulé au pavot ou deux moyens

Pour la pâte

  • 250 g de farine
  • 200 g de fécule
  • 2 œufs entiers + 1 jaune
  • 50 g de sucre (cassonade pour moi)
  • 5 cl de lait
  • 200 g de beurre fondu
  • 50g de levure boulangère (oui, ça fait beaucoup mais pas de panique, tout va bien)

 

Pour la farce

  • 200 g de graines de pavot bleu
  • 15 cl de lait
  • 150 g de vergeoise
  • 25 g de beurre
  • 1 cuillère à café d’extrait de vanille
  • 1 cuillère à soupe de miel

La veille (ou deux heures avant).

Dans un petit bol, délayer 4 cuillères à soupe de lait tiède, une cuillère à café de sucre et la levure. Laisser reposer un petit quart d’heure.

Dans le bol du robot, mettre la farine, la fécule, les œufs et le jaune, le beurre, le sucre, le lait et le levain. Mélanger à vitesse moyenne jusqu’à ce que la pâte soit souple et homogène. Déposer dans un saladier et filmer, puis laisser reposer au frais au moins deux heures.

 

20160413_195556

Ensuite, vient la partie la plus délicate : la confection de la garniture. J’ai vraiment galéré, j’avoue, et c’est d’ailleurs pour ça que j’hésitais à poster la recette, je voulais avoir le temps de la refaire.

Faire chauffer le lait jusqu’à ébullition puis verser le pavot. Baisser le feu et laisser cuire pendant 15 minutes en remuant régulièrement. Egoutter et récupérer les graines de pavot.

Jusque là, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. C’est ensuite que ça c’est gâté.

La recette de base dit de mélanger ensuite les graines de pavot avec le sucre, la beurre, la vanille et le miel. Est-ce parce que j’ai utilisé de la vergeoise alors qu’il fallait normalement du sucre glace ? Je ne sais pas, toujours est-il que lorsque j’ai intégré ces ingrédients, ça a fait de la flotte !  Je ne suis pas chimiste, donc incapable d’expliquer pourquoi j’ai eu cette réaction, mais je me suis retrouvée avec une garniture archi liquide. J’ai fait recuire le mélange, rien à faire. Au final, j’ai à nouveau égoutté et j’ai gardé la pâte obtenue. Si quelqu’un a une astuce, je suis preneuse.

 

farce égouttée

Etaler ensuite la pâte au rouleau, en rectangle.

Comme il y a beaucoup de pâte, j’ai eu de quoi faire deux  rectangles : un pour le pavot et l’autre pour des petits roulés individuels à la cannelle.

Répartir la farce au pavot sur la pâte.

 

garniture étalée

 

Rouler ensuite la pâte sur elle-même pour former un cylindre et déposer dans un moule à cake chemisé de papier cuisson. Si le cylindre est plus grand que le moule, on le replie.

Avec la seconde partie de la pâte, j’ai fait des roulés à la cannelle : j’ai étalé un mélange de cannelle en poudre et vergeoise, roulé et découpé en rondelles.

Laissez à nouveau lever une petite heure dans un endroit chaud et sec, puis enfourner dans un four préchauffé à 160°C pour 40 minutes environ.

Déguster le lendemain, avec un bon café ou un bon thé.

fin post

et à la cannelle, ça donnait ça :

 

roulés cannelle

 

 version_imprimable