20210307_210756

Il y a quelques temps de ça, Monoprix proposait une opération promotionnelle de Garofalo. Pour deux paquets achetés, il y avait une réduction assez intéressante, et la dame qui gérait le stand était super sympa, on a papoté un bon moment en échangeant des recettes et je suis repartie avec une fiche recette de Mafalda Corte aux noix, gorgonzola et brocoli.

La photo était super appétissante et j’ai décidé de faire la recette la semaine suivante.

J’avais en conséquence scrupuleusement noté Gorgonzola et brocoli sur ma liste de courses, pas les noix car j’en avais déjà à la maison.

Une fois à Monop, je m’empresse de mettre un beau brocoli dans mon caddie, puis je pars en quête du gorgonzola. En général, quand je fais mes courses, j’évite de trimbaler mon caddie dans les rayons : ça encombre et ça fait chier tout le monde. Je le laisse donc à l’entrée d’un rayon et je vais chercher les quatre ou cinq articles qui se trouvent dans le secteur, puis je les dépose dans mon caddie.

Là, je voulais de la burrata et du salers, donc j’ai passé un peu plus de temps dans le rayon, mais je suis repartie avec uniquement le gorgonzola car il n’y avait pas le reste. Je l’ai nonchalamment balancé dans le caddie et je suis partie dans un autre rayon, en laissant le caddie à sa place.

Quand les livreurs sont arrivés, j’ai déballé mes courses et j’ai tout rangé sans vraiment faire attention.

Ce n’est que deux jours après, quand j’ai voulu essayer la recette, que je me suis sentie seule devant le frigo : pas plus de gorgonzola que de beurre en motte (ah, si, ça j’en ai… que de tofu alors…). J’ai eu beau réfléchir et remonter le cours de ma mémoire, je ne me voyais pas du tout mettre cette barquette de gorgonzola dans le frigo, ni même sur le tapis de caisse en y repensant bien. J’en ai donc tiré la conclusion que j’ai dû balancer la barquette de gorgonzola dans un caddie qui n’était pas le mien. Et aussi qu’il allait falloir adapter la recette, parce qu’un rapide coup d’œil dans le placard m’a également appris que je n’avais pas non plus de noix (et là, la petite voix d’un film culte me susurre « un jour, c’est vot’ tête que vous oublierez M’sieur Dusse »)

J’ai donc sorti le Plan B : remplacement des noix par des éclats de noisettes torréfiées, du Gorgonzola par de l’Etorki et j’ai obtenu un plat de pâtes B² : (plan B)x(Brocolis) et j’ai finalisé avec quelques copeaux de Pecorino (j’en fous partout en ce moment).

C'était super bon. Pour la petite histoire, la semaine suivante, j'ai tout acheté pour faire la vraie recette, et bien je vous le donne en mille : c'était carrément moins savoureux !

 

Ingrédients

  • Des pâtes
  • 100 g d’Etorki
  • 10 cl de vin blanc
  • 1 échalote
  • 1 gousse d’ail
  • 20 cl de crème liquide
  • 50 g de noisettes
  • 300 g de brocoli
  • 50 g de Pecorino

 

Préchauffer le four à 180°C. déposer les noisettes dans un plat et faire torréfier 15 minutes. Laisser refroidir, ôter la peau et couper grossièrement au couteau.

Faire cuire le brocoli, coupé en morceaux, une quinzaine de minutes dans de l’eau salée bouillante, égoutter.

Dans une petite casserole, faire fondre un morceau de beurre et faire revenir doucement l’échalote et l’ail émincés, en surveillant pour ne pas que ça brûle.

Ajouter le vin blanc, porter à ébullition puis baisser la chaleur et laisser évaporer presque complètement à feu moyen. Verser la crème, le poivre, l’Etorki coupé en morceaux. Couvrir et laisser cuire tout doucement jusqu’à ce que le fromage ait fondu.

 

Faire cuire les pâtes, les égoutter et les remettre dans la casserole. Verser la sauce, mélanger, ajouter les morceaux de brocolis.

Répartir dans les assiettes, parsemer d’éclats de noisettes et de copeaux de Pecorino, servir bien chaud.

20210307_210814

version_imprimable