couverture

En cette seconde semaine de confinement total, le frigo commence à se vider de plus en plus, y compris des produits basiques : oeufs, lait, crème, beurre.

L’Homme ne veut pas qu’on sorte faire des courses. On a réussi, après moult péripéties, à passer une commande sur Auchan.fr pour une livraison 4 jours plus tard (donc mardi 31), mais c’est loin d’être Byzance et honnêtement, on va manger beaucoup de plats que mon grand-père aurait qualifiés de “plats de pauvre”. Petite note quand même : mon grand -père n’était ni riche ni snob, mais justement très pauvre dans son enfance, et il avait été je pense traumatisé par ces années de repas maigres et insuffisants pour un ado en pleine croissance. Il lui fallait donc de la viande à chaque repas, sinon, il avait l’impression que ce n’était pas un vrai repas.

Or, j’ai à la maison quelques goinfres de sucre qui se mettent rapidement en mode gilet jaune s’ils ne reçoivent pas leur dose de glucose journalière.

Koaaaa ??? Y’a pas de gateau ce matin ? Mais c’est dimanche pourtant !” ou encore “Eh wesh, ça s’fait pas, y’a plus de gateaux pour le goûter, moi j’dis c’est pas normal” ou “Mais moi je voulais du gâteauuuuuuu”. Bref, vous avez saisi le concept (je vous laisse deviner qui dit quoi).

Comme la cohabitation H24 peut rapidement s’avérer pesante, surtout en cas de conflit ou de situation de frustration, je suis l’excellent conseil d’une collègue qui m’a dit un jour “tu sais, il faut savoir choisir ses batailles dans la vie, car tu ne peux pas être sur tous les fronts”. Alors j’achète la paix sociale et je fais des gâteaux.

Par chance, j’avais trois kilos de farine en avance (comme je cuisine beaucoup, c’est un produit que je stocke toujours) mais presque plus d’oeufs, que je souhaitais garder pour la cuisine de tous les jours et plus beaucoup de lait.

J’ai cherché sur internet une recette de gateau marbré sans oeufs, j’en ai choisi une qui avait l’air sympa et je l’ai pimpéé à ma façon, en ajoutant du beurre, un sirop, un glaçage chocolat et en mettant une partie de farine de seigle, ce qui me permettait d’économiser un peu mon dernier kilo de farine de blé au cas où celle achetée ne serait finalement pas dans la commande. On peut naturellement tout faire avec de la farine de blé si on n’a pas de seigle sous la main.

J’ai été bluffée par la texture et le goût, qui se rapprochent vraiment du Savane industriel. Moi je ne suis pas fan (je préfère de très loin la recette de François Perret qui détrône toutes les autres à mon sens), mais j’ai eu trois amateurs à la maison. Chose rare car si en général, l’Homme et Gremlinette se bâfrent avec mes gâteaux, Gremlin, qui n’est déjà pas très bec sucré à la base, a tendance à les bouder. Là, j’ai été gratifiée d’un “trop bon maman ton gateau”. What else, je vous le demande ?

Je vous livre ma version, qui est finalement assez éloignée de la version d’origine.

Comme unité de mesure, j’ai pris un verre à whisky

 

Partie vanille

  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 1/2 verre de sucre (cassonade pour moi)
  • 1 verre de farine de blé
  • ½ verre de farine de seigle
  • 1 verre de lait (entier ou demi écrémé)
  • 60 g de beurre demi-sel fondu
  • 1 grosse cuillère à café de levure chimique

Partie chocolat

  • 1/2 verre de sucre (cassonade pour moi)
  • 1 verre de farine de blé
  • ½ verre de farine de seigle
  • 1 verre de lait (entier ou demi écrémé)
  • 60 g de beurre demi-sel fondu
  • 1 grosse cuillère à café de levure chimique
  • 2 cuillères à soupe de cacao non sucré (Van Houten)

Pour le sirop

  • 50 g de sucre
  • 12 cl d’eau
  • 3 cuillères à soupe de rhum ambré

Pour le glaçage

  • 200 g de chocolat noir
  • 2 cuillères à soupe d’huile (de noisette pour moi mais tournesol, arachide, Isio4 c’est parfait)

 

Préchauffer le four à 160°C

Préparer le gâteau à la vanille.

Mettre dans un saladier les farines, le sucre et la levure, mélanger.

Ajouter ensuite le lait, puis le beurre fondu et mélanger jusqu’à ce que la pâte soit bien onctueuse.

Procéder de la même manière pour la partie au chocolat.

Beurrer et fariner un moule à cake et verser au fond une couche de pâte marron, ensuite une couche blanche et recommencer jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de pâte, en alternant les couleurs.

Bien lisser le dessus, puis planter un couteau à une extrémité du saladier et traverser le saladier dans la longueur en zigzaguant : ça permettra de faire un marbrage ondulé.

Enfourner pour 50 minutes. Au bout de ce temps, planter une lame de couteau dans le gâeau pour verifier la cuisson : elle doit ressortir à peine humide. Si le gâteau n’est pas cuit (le temps de cuisson peut varier selon les fours), remettre à cuire par tranches de 10 minutes. Pour moi, il a fallu 1h10.

sorti du four

Pendant que le gâteau cuit, préparer le sirop : porter l’eau et le sucre à ébullition, puis baisser et laisser cuire jusqu’à ce que le sucre soit complètement dissout. Couper le feu et ajouter le rhum. Laisser refroidir.

 

Lorsque le gâteau est cuit, le sortir du four et pendant qu’il est encore chaud, l’imbiber de sirop DANS SON MOULE. Moi, je le fais avec un pinceau, je trouve ça plus pratique.

Laisser le gâteau refroidir complètement avant de le démouler sur une grille, qu’on place sur une grande assiette.

Casser le chocolat et le faire fondre au bain-marie si on est courageu.x.se ou au micro -ondes si on est comme moi.

Lorsque le chocolat a fondu, ajouter l’huile et mélanger, puis napper le marbré.

 

klouk

Laisser refroidir une nuit à temperature ambiante avant de déguster avec un verre de lait ou un thé, un café.

fin post

 

version_imprimable