Couverture

Sur ce blog, j’ai souvent mentionné mes inspirations culinaires : mes grands-mères, mon arrière grand-mère catalane via la mémoire de ma mère et la blogosphère. Et dans la blogosphère, je pense pouvoir dire sans me tromper que le blog grâce auquel j’ai le plus bavé, salivé, fantasmé, été affamée est Piment Oiseau. Je suis ce blog depuis ses débuts et je crois que pas une recette ne m’a laissée indifférente (euphémisme pour dire que chaque recette m’a juste donné super envie de bouffer, de suite, ce qui peut souvent être très frustrant quand ce qui arrive dans ton assiette à la cantine, ou même chez toi le soir, est loin d'être aussi appétissant).

Quand Létitia, qui tient le blog, a organisé un dîner table d’hôte à Lyon, je me suis évidemment précipitée pour m’inscrire et je n’ai pas été déçue. On s’est régalés, de l’apéro au dessert (dont j’ai repris deux parts alors que 1/je n’avais vraiment plus faim et 2/habituellement je ne suis pas du tout branchée dessert), c’était top.

J’ai eu ce soir là non pas un, mais plein de coups de cœur, mais j’ai vraiment vraiment craqué sur son poisson à la tahitienne. C’était frais, c’était savoureux, c’était léger, bref, c’était top. J’en avais fait une version peu de temps après le repas table d’hôte, mais j’avais eu la main trop lourde sur la coriandre et les hommes de la maison avaient grogné « Y’atropdecoriandre, Cétropparfumé, j’aimepaslacoriandre ».

Ce weekend, j’étais un peu en panne d’inspiration pour le repas de dimanche et comme généralement, Gremlinette aime bien les saveurs exotiques, je me suis dit que j’allais refaire une tentative de poisson à la tahitienne. Surtout qu’il y avait une promo sur le dos de cabillaud.

Comble de joie, il y avait aussi des chouraves à Monoprix. LE légume de mes vacances alsaciennes quand j’étais gamine. LE légume que j’adore, qu’on ne trouve que rarement à Lyon et que Mamie de Nehwiller me cuisinait dans la cocotte en fonte jaune (que j’ai récupérée) quand je venais car elle savait que j’adorais ça.

J’ai un peu modifié la recette de Létitia, c’est pour ça que je me permets de la partager. Gremlinette, qui est TOUJOURS la dernière à terminer son repas, qui en laisse TOUJOURS la moitié a englouti toute sa part avant tout le monde. Il ne restait pas une miette. Son sourire et sa fierté quand elle nous a montré son assiette toute vide étaient la plus belle récompense. Merci Létitia !

 

Ingrédients pour 4 personnes

  • 500 g de dos de cabillaud ultra frais
  • 200 g de crevettes cuites
  • 1 chourave
  • 2 carottes
  • 1 oignon nouveau
  • 300 ml de lait de coco
  • Quelques brins de coriandre
  • 4 citrons
  • 1 cuillère à café de sucre
  • 1 cuillère à café de sel
  • Poivre

 

Découper le cabillaud en morceaux de la taille d’une bouchée et déposer dans un plat creux.

Presser les citrons et mettre le jus dans un bol, ajouter le sucre, le sel et mélanger jusqu’à dissolution. Verser sur le cabillaud : le poisson doit être complètement recouvert. Laisser mariner au moins deux heures, voire plus (personnellement, j’aime que le poisson soit bien cuit par le citron).

Eplucher et laver le chourave et les carottes, découper les carottes en petits dés et le chourave en fines lamelles et déposer dans un saladier. Ajouter l’oignon coupé en tout petits morceaux (y compris et surtout le vert).

 

légumes

 

Décortiquer les crevettes et les ajouter au saladier.

Egoutter le poisson, le passer très brièvement à l’eau froide et déposer les dés de poisson dans le saladier. Verser le lait de coco, poivrer et ajouter quelques peluches de coriandre. Mélanger, servir sur un riz parfumé tiède.

fin post

 

Le contraste entre le riz tiède et moelleux, les saveurs marquées et le croquant du plat, c’est juste dément !

version_imprimable