couverture

Encore une recette qui a failli ne jamais voir le jour. A la base, j’étais partie pour faire des bredele en spirale : c’est de saison, c’est joli, je trouvais que c’était une bonne idée.

Au lieu de reprendre la recette que j’ai déjà faite, j’ai eu la bête idée de vouloir tester une des recettes de mon livre de bredele. A la lecture des ingrédients, je me suis dit que ça clochait, qu’avec seulement 135 g de farine pour faire la pâte blanche ET la pâte marron, ça ne POUVAIT pas donner une trentaine de biscuits comme ils le promettaient, mais bêtement, je me suis dit qu’un bouquin spécialisé dans les bredele ne pouvait pas raconter de conneries.

Etalage de la première pâte, blanche : quantité ridicule, qui collait incroyablement au plan de travail.

Etalage de la seconde pâte, marron : Fukushima : impossible de l’étaler, elle collait au rouleau, se cassait, bref… un désastre.

Alors armée de ma patience légendaire, j’ai piqué une beuglante monumentale (Gremlin en a même sursauté, tellement habitué à être celui qui pique une rage quand il n’arrive pas à faire ce qu’il veut), j’ai fait une boule avec les deux pâtes, roulé le tout  en boudin, découpé des rondelles mis à cuire et ça a donné ça :

 

sablés marbrés

C’était moche mais pas mauvais, mais pas transcendant non plus.

Mais bon, j’étais super rageuse, parce que ce n’était pas du tout ce que j’avais prévu de faire. Je voulais faire un truc qui en jette quand on le met sur la table.

Alors j’ai commencé à feuilleter le livre et j’ai trouvé une autre recette de gâteaux roulés : avec un fourrage de pâte à tartiner MAISON. Sauf que là aussi, un simple coup d’œil aux proportions a fait sonner toutes les sirènes d’alarme (à 52’’, j’ai toujours trouvé ce passage hilarant).

Alors j’ai fait marcher mes neurones (si si, il m’en reste quelques uns quand même) et je me suis souvenue de ces cookies roulés à la cannelle.

J’ai pensé que la pâte de ces roulés avec la garniture du livre bizarre devraient le faire. Et je dois dire que ça l’a fait, et plutôt deux fois qu’une.

Quand je les ai sortis du four, un des roulés s’est cassé : je voyais qu’il souffrait alors pour abréger son agonie, je l’ai mangé, j’ai cru défaillir de bonheur.

Une dizaine de minutes plus tard, j’ai voulu vérifier que tièdes, ils étaient aussi bons : nickel. Et enfin, lorsqu’ils ont refroidi, j’ai proposé aux Gremlins de les tester pour le goûter et j’ai refait un dernier test, accompagné de deux autres, histoire vraiment d’être certaine que la recette valait la peine. Eux en ont mangé trois ou quatre chacun, ce qui est assez rare.

L’Homme s’étant bâfré le soir au point d’en avoir mal au ventre dans la nuit, je pense pouvoir dire que cette recette se classe dans la catégorie de la tuerie intergalactique.  Il en restait peu mais j’ai réussi à les tester tout de même sur les collègues qui ont eux aussi été unanimes : c’est mortel.

 

Et surtout, c’est facile à faire, alors à vos fourneaux.

 

Ingrédients

Pour la pâte

  • 280 g de farine
  • 1/2 cuillère à café de levure chimique
  • 170 g de beurre demi-sel, MOU
  • 150 g de cassonade
  • 1 oeuf

Pour la garniture

  • 130 g de noisettes
  • 70 g de sucre roux
  • 50 g de chocolat noir
  • 20 cl de café très fort

 

Commencer par la pâte à tartiner, c’est la partie la plus longue.

 

Mettre les noisettes dans un plat qui va au four et enfourner à 180°C pour 15 minutes.

Laisser refroidir un peu, frotter les noisettes entre vos mains pour enlever la plus grosse partie de la peau, puis les mixer le plus finement possible.

noisettes mixeur

L’odeur qui se dégage est juste divine.

moulues

Râper finement le chocolat, ajouter les noisettes et le sucre, mélanger. Ensuite, ajouter le café et mélanger jusqu’à la formation d’une pâte.

 

20191110_173334

Mélanger le beurre bien mou et le sucre, puis lorsque le mélange est devenu crémeux, ajouter l’œuf. Mélanger, puis verser la farine et la levure, pétrir à la main jusqu’à ce qu’une boule se forme. Si nécessaire, on peut ajouter un peu de farine pour que la pâte ne soit pas trop collante.

Etaler un grand rectangle de papier cuisson sur le plan de travail et le fariner légèrement, étaler dessus la pâte en forme de rectangle (il peut être nécessaire de fariner un peu au fur et à mesure).

Etaler la pâte au chocolat sur tout le rectangle, puis rouler délicatement sur la longueur en repliant le papier puis en le décollant délicatement. Il faut essayer de rouler assez serré.  Envelopper dans le papier et mettre au frigo pour deux heures.

Préchauffer le four à 180°C.

Recouvrir une plaque à pâtisserie de papier cuisson. Découper des tranches d’environ 5 mm d’épaisseur.

découpe

Déposer sur la plaque.

prêts à cuire

Enfourner pour 10 à 12 minutes environ : les roulés ne doivent pas trop se colorer.

Attendre une dizaine de minutes, puis les déposer délicatement sur une grille (attention, ils sont encore fragiles à ce stade, et si on en casse un, on est obligé.e de le manger).

fin post

Le plus dur, c’est de ne pas tout dévorer à la sortie du four. Ces petites merveilles sont très addictives.

 

20191111_155344

version_imprimable