couverture

J’adore la blanquette de veau. Enfin je devrais dire LES blanquettes de veau car il y a tellement de déclinaisons qu’on pourrait presque en faire une différente par jour.

Du coup, ce weekend, lors de ma mission vidage de congel, lorsque je me suis retrouvée avec cette barquette de morceaux de veau que je venais d’excaver du tiroir du haut, j’ai tout de suite pensé à faire une blanquette pour mon repas post-Pilates du mercredi, histoire de changer un peu du curry.

Bien m’en a pris finalement, car dès lundi il s’est mis à faire super froid et la blanquette, y’a rien de tel pour se réchauffer après une journée à se cailler.

 

Histoire de faire d’une pierre deux coups, j’en ai profité pour faire une madeleine de Proust au passage et j’ai fait de la blanquette catalane comme celle que faisait maman quand j’étais môme, surtout que ça fait des années qu’elle n’en n’a pas fait.

Normalement, cette blanquette se sert avec des patates qu’on fait cuire dans le jus, mais comme tous les mercredis, vu l’heure à laquelle je suis rentrée, j’ai accompagné ma blanquette de semoule et ça dépotait aussi.

Autre avantage de ce plat : il est inratable, alors on fonce et on se réchauffe avec une blanquette qui sort de l’ordinaire.

Les quantités sont adaptables, c’est le genre de cuisine qui se fait largement au pif.

 

Pour deux personnes

 

  • 300 g de viande pour blanquette de veau
  • 1 jaune d’œuf
  • 3 gousses d’ail
  • 1 botte de persil ou 4 cuillères à soupe de persil ciselé
  • Sel, poivre

 

 

Parer la viande et la découper en morceaux.

Dans une cocotte haute, faire revenir l’ail écrasé et le persil ciselé dans une cuillère à soupe d’huile d’olive.

ail

Ajouter la viande et faire dorer de tous les côtés. Saler, poivrer et couvrir d’eau.

 

viande persillade

Porter à ébullition, puis baisser la chaleur, couvrir et laisser cuire une bonne heure tout doucement. La viande doit être très fondante et se détacher toute seule (normalement, pas besoin de couteau pour la déguster).

Quand la viande est cuite, goûter le bouillon et rectifier si besoin l’assaisonnement. Ajouter dans la cocotte le jaune d’œuf mélangé à une cuillère à soupe d’huile d’olive. Mélanger et servir bien chaud.

C’est très bon avec de la purée, des pâtes fraiches ou du riz. Et bien entendu avec du couscous pour les plus affamés et pressés.

20181003_215510

version_imprimable