tapenade

Je crois avoir mentionné un bon nombre de fois que je bosse dans un environnement plus que bienveillant (je le répète souvent car ça n’a pas toujours été le cas et je mesure chaque jour la chance que j’ai), et surtout, que mes collègues vouent à peu près la même passion que moi à la bouffe.

Chaque année, on organise un séminaire sur une journée et on mange tous ensemble. Cette année, comme il faisait beau, on a fait ça dans les locaux de VEV  (clin d’œil aux vaudois, pas les suisses, les autres) et à midi on a fait un pique-nique.

Principe : chacun amène un truc, on met tout sur une table et on partage. C’est doublement sympa parce que ça permet de goûter des trucs qui viennent de différentes régions et différents pays.

Je n’avais pas envie de faire une quiche (beaucoup de gens en font), ni une salade (trop chiant à manger), je n’étais pas non plus très motivée pour un cake salé (déjà fait)…. J’ai cogité un peu et je me suis souvenue que l’année dernière, avec Aurélien, on avait fait une battle d’houmos. Sa recette versus la mienne. Du coup, j’ai repris l’idée du mezze et j’ai fait de la tapenade, avec des sablés aux graines.

Alors elle était très chargée en ail et je pense que certains collègues ont dû me maudire toute l’après-midi sur le temps de digestion (enfin ceux qui ne dormaient pas à moitié parce que faut dire qu’il faisait vraiment très chaud dans cette salle sans fenêtre), mais tous ceux qui ont goûté ont aimé, et il ne restait rien. Donc j’étais super heureuse.

Du coup je vous balance la recette, ça peut servir et franchement, ça permet d’épater la galerie hyper facilement, en mode « c’est moi qui l’ai fait » alors qu’en fait, il n’y a rien à faire.

 

Pour la tapenade

  • 1 boite d’olives noires dénoyautées de 170g
  • 2 filets d’anchois à l’huile
  • 3 gousses d’ail
  • 2 cuillères à café de câpres
  • Entre 5 et 10 cl d’huile d’olive, voire plus

 

Alors attention, c’est trèèèèèès technique :

Ouvrir la boite d’olives, les égoutter, les rincer, puis les mettre dans le bol d’un mixeur. Ajouter les anchois, l’ail (épluché ça va de soi), les câpres et un peu d’huile. Mixer, ajouter éventuellement un peu d’huile pour obtenir la texture désirée.

Deux écoles : ceux qui aiment la tapenade très finement mixée ou ceux qui, comme moi, aiment qu’elle soit encore un peu grumeleuse.

 

tapenade

Lorsqu’elle est prête, transvaser dans un bol qui ferme et laisser refroidir au moins une heure (la nuit c’est encore mieux, ça permet aux saveurs de se mélanger).

 

Pour les biscuits

  • 170g de beurre demi sel MOU
  • 1 œuf
  • 250 g de farine
  • 3 cuillères à soupe de graines de courge
  • 3 cuillères à soupe de graines de tournesol
  • 3 cuillères à soupe de graines de sésame
  • 1 pincée d’herbes de Provence, ou juste de romarin si on en a
  • Poivre

 

Mettre les graines de courge et de tournesol dans une poêle et faire toaster à sec doucement, jusqu’à ce qu’elles soient dorées.

Il faut bien surveiller, ça crame vite, et quand c’est cramé c’est dégueu.

Dans un saladier, mettre le beurre et l’œuf et mélanger, ajouter le poivre et l’aromate (herbes de Provence ou romarin), mélanger à nouveau, puis ajouter les graines et la farine.

Mélanger et former deux cylindres de pâte. Les envelopper dans du papier film et les mettre au frigo au moins deux heures (voire toute une nuit). Si on doit absolument faire le jour même, alors 30 minutes au congel, mais c’est moins bien.

Préchauffer le four à 180°C.

Découper les cylindres de pâtes en rondelles d’environ 5 mm d’épaisseur et les déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé.

Enfourner pour 12 minutes. Laisser refroidir sur une grille et déguster tartiné de tapenade.

biscuits

Eviter de manger ça avant un date Tinder ou un entretien d’embauche quand même.

version_imprimable