couverture

Ce plat, c’est l’histoire d’une recette qui n’aurait jamais dû voir le jour.

Il y a quelques temps de ça, j’avais acheté des ailes de raie et je les avais congelées pour les cuisiner ultérieurement.

La semaine passée, l’Homme m’a demandé de cuisiner du poisson plus souvent car, je cite, « c’est plein d’omégas 3 ». J’en ai déduit qu’il avait certainement entendu un reportage là-dessus sur BFM ou RMC qu’il écoute en boucle à longueur de journée.

Moi, je n’ai pas relevé : jusqu’à présent, quand je servais du poisson un peu trop souvent, j’avais droit à une moue meurtrie, un peu comme un gamin auquel tu promets des frites pour finalement lui filer des blettes. J’ai dit oui oui, je n’ai pas précisé que les omégas se trouvent surtout dans certains poissons et j’ai commencé à réfléchir à des recettes.

C’était donc le moment parfait pour sortir mes ailes de raie. J’avais tout prévu : les faire cuire délicatement à basse température au four et les servir avec une sauce façon vierge à base de lait de coco, gingembre et coriandre (et d’autres trucs mais je ne vais pas révéler tous mes secrets maintenant).

Je les ai disposées dans un plat qui va au four, je les ai amoureusement badigeonnées d’un peu de beurre fondu et je les ai enfournées à 100°C.

Au bout de 15 minutes, j’ai ouvert la porte du four pour voir si ça ne cramait pas. Et là, le drame. Une puanteur abominable m’a agressé les muqueuses nasales, un truc de dingue qui te ramone les sinus jusqu’à l’occiput. Un mélange d’ammoniaque et de vieux poisson péché depuis 15 jours. C’était épouvantable. J’ai hésité un quart de seconde, puis j’ai tout benné.

Heureusement, il me restait des cuisses de poulet au congel et une moitié de chorizo. Je me suis donc lancée dans le super plan Orsec de sauvetage du repas, et au final, on s’est régalés, du coup, je vous file la recette. Vous pouvez la faire directement hein, sans passer par la case ailes de raie qui puent.

 

Pour deux personnes

  • 2 cuisses de poulet de qualité, séparées à l’articulation
  • ½ chorizo
  • 1 échalote
  • 5 cl de vin blanc
  • 15 cl de crème liquide

Préchauffer le four à 180°C et enfourner les cuisses pour 20 minutes environ.

Pendant ce temps, enlever la peau du chorizo et le découper en petits morceaux. Mettre dans une casserole avec l’échalote grossièrement coupée.

chorizo echalote

Faire revenir une dizaine de minutes, puis ajouter le vin.

Porter à ébullition, puis baisser la chaleur et verser la crème.

sauce in progress

Couvrir et laisser cuire encore une dizaine de minutes. Mixer la sauce dans un blender ou au mixeur plongeant, puis garder au chaud.

Sortir les cuisses du four et retirer la peau. Les déposer dans une sauteuse et verser la sauce dessus.

fin de cuisson

Couvrir et laisser cuire encore 20 minutes jusqu’à ce que la chair du poulet soit fondante.

 

fin post

Servir avec du riz, de la semoule, des pâtes fraiches….

version_imprimable