Couverture

Bon, les fêtes sont passées. Joyeux Noël, bonne année, toussa toussa.

Désolée de ne pas m’étendre sur les vœux de bonheursantéargentamouretgnagnagna, mais cette tradition m’a toujours profondément gonflée.  Un peu comme si, une seule fois par an, on se forçait à souhaiter aux gens du bonheur, alors qu’on sait très bien que ça ne changera rien au cours des choses.

Je passe sur les voeux hyper hypocrites que nous sommes chaque année contraints de faire à des gens que nous ne respectons par forcément.

Bref. Les gens que j’aime, je leur souhaite du bonheur toute l’année, en silence et je tâche d’être présente pour eux. Pas besoin d’attendre le premier janvier.

 

Bon, les vœux, check, passons désormais aux choses sérieuses : la bouffe !

Pendant ces vacances, je n’ai pas cuisiné, ou presque. J’ai fait des pâtes ultra basiques avec les moyens du bord que j’avais sur place, et  aussi un plat vegan (oui oui, vous avez bien lu : vegan…. Mais c’était à l’insu de mon plein gré, et qui ne m’a d’ailleurs pas convaincue, mais je vais être honnête, c’est parce que je n’avais de quoi le pimper correctement).

De retour à Lyon, j’ai bidouillé de la soupe (pardon, du potage, c’est plus classe), un effiloché de confit de canard avec des patates sautées et un gratin de ravioles. Bref, j’ai fait de la non-cuisine, mais hier soir, il a fallu que je rappelle mes neurones qui étaient encore en congés.

Comme j’avais mangé un gros kébab à midi, je voulais faire un plat végétarien (si si, ça m’arrive de temps en temps, et puis végétarien je n’ai rien contre tant que c’est pas tous les jours) mais gourmand pour que ça plaise à l’Homme.

Pour être franche, je ne pense pas qu’il ait été convaincu, mais moi j’ai trouvé que ça fonctionnait bien, et comme c’est facile à faire, je partage la recette.

 

Ingrédients pour deux personnes

  • Des pâtes (celles-ci pour moi)
  • 1 petite branche de céleri (15 cm de long)
  • 15 cerneaux de noix
  • 150 g de morbier
  • 1 échalote
  • 10 cl de vin blanc (du muscat sec pour moi)
  • 10 cl de crème fraiche
  • 5 cl de lait
  • Poivre

 

Dans une petite casserole, faire revenir l’échalote émincée dans un peu de beurre. Quand elle commence à être fondante, ajouter le céleri coupé en petits morceaux.

celeri échalote

 

Laisser cuire quelques minutes, puis ajouter le vin. Porter à ébullition et laisser bouillonner jusqu’à évaporation (ou presque). Ajouter ensuite la crème et le lait, puis les cerneaux grossièrement coupés au couteau, ainsi que le Morbier en gros morceaux.

noix morbier

 

Donner plusieurs tours de moulin à poivre, couvrir et laisser fondre le tout à feu très doux.

 

sauce

Faire cuire les pâtes al dente et les égoutter, puis les remettre dans la casserole. Verser la sauce et mélanger, puis servir immédiatement.

fin post

Déguster pendant que c’est très chaud.

Je reconnais que ce plat n’est pas du tout photogénique, mais c’est délicieux. Le céleri se marie à la perfection avec le Morbier et les noix. Et puis c’est pas healthy mais c’est végétarien, c’est déjà ça non ?

version_imprimable