couverture

J’ai longtemps craché sur les réseaux sociaux. Pour moi, il était quand même nettement plus sympathique de se retrouver avec les potes autour d’une bonne bière (ou d’un café aussi si vos potes ne sont pas des arsouilles) que d’échanger des conneries via écrans interposés.

Certes.

Oui.

D’accord.

Mais ça, c’était avant.

Avant quoi, me direz-vous ?

Avant d’avoir des enfants et de me retrouver à gérer seule une charge mentale de ouf.

Alors oui, j’avoue que depuis que j’ai un compte Instagram, je suis devenue complètement accro à mon téléphone, et c’est une bonne chose.

En effet, dans réseau social, il y a social, et si on gère correctement, ce petit outil permet de faire des rencontre virtuelles intéressantes : des personnes qui partagent les mêmes centres d’intérêt, avec lesquelles on peut échanger (par exemple sur le dernier spot de tel ou tel artiste de streetart qu’on aime bien, ou sur les raisons du lamentable fail lors de ta dernière tentative de faire du pain maison).

Et comme je suis et je reste un dinosaure de l’ère pré-FB-Instagram, j’essaie toujours, dans la mesure du possible, de rencontrer en vrai les personnes avec lesquelles j’échange et j’ai ainsi eu la chance de faire la connaissance de plein de personnes toutes plus sympas les unes que les autres (clin d’œil entre autres à Elise et Audrey qui se reconnaitront ;o)).

Comme on approche de Noël et que c’est la période des Bredele, j’ai eu envie de partager mes cookies (à défaut de Bredele que je n’avais vraiment pas le temps de faire) avec quelques instagram-eur-euse-s (#inclusivetamère). J’ai passé une excellente après-midi, et je compte bien remettre ça régulièrement.

Alors comme rien n’est jamais gratuit, ils ont servi de goûteurs pour une nouvelle variété de cookies, à la mélasse, repérés sur le blog de Sally.

J’étais intriguée par cette mélasse. J’en avais acheté un pot exprès, mais sans y avoir goûté, et le pot végétait dans un placard. Je me suis lancée sans filet, donc.

J’avoue que j’ai eu un GROS moment de doute après avoir versé la mélasse dans la préparation et léché la cuillère, histoire de voir comment ça goûtait, comme diraient nos amis belges.

Alors la mélasse, ça a le goût des Carensac, ou encore du Zan (pour ceux qui ont connu) mais en super puissant. En gros, ça a un parfum de réglisse très très marqué. Et la réglisse, c’est spécial (genre, l’euphémisme de la meuf qui ne veut pas trop dire qu’elle n’aime pas). Mais bon, la pâte était lancée, je me suis dit qu’au pire, ça ferait un fail et que j’en rigolerai avec les autres.

A la dégustation, le parfum était plus atténué, et les avis ont été très partagés. Personnellement, je n’ai pas spécialement adhéré, une de mes collègues a failli recracher (c’est doubitchou) mais les autres ont bien aimé, donc je me suis dit que ça valait le coup de partager, parce que les goûts et les couleurs…

 

Pour une vingtaine de cookies

  • 250g de farine
  • 1 petite cuillère à café de levure chimique
  • 1 cuillère à café  de cannelle moulue
  • ¼ de cuillère à café de gingembre moulu
  • ¼ de noix de muscade moulue
  • 170g de beurre demi sel MOU
  • 200g de sucre roux
  • 60ml de mélasse (en magasin bio)
  • 1 gros oeuf

 

Dans un saladier, mélanger le beurre MOU (j’insiste, s’il sort du frigo, ce n’est même pas la peine d’espérer arriver à quoi que ce soit) et le sucre roux jusqu’à ce que le mélange soit onctueux. Je le fais au fouet électrique, c’est plus rapide (feignasse et j’assume, parfaitement !).

Ajouter la mélasse (ne pas lécher la cuillère, c’est assez dégueu quand même) et l’œuf et battre jusqu’à ce que tous les ingrédients forment un ruban homogène.

Ajouter les épices, la farine et la levure et mélanger. On obtient une pâte très collante. Filmer et laisser au frigo deux bonnes heures (ou toute une nuit).

 

pâte saladier

Préchauffer le four à 180°C.

Sortir la pâte du frigo et laisser reposer un quart d’heure à température ambiante.
Dans un ramequin à bords hauts, verser de la cassonade.

Prélever une petite quantité de pâte avec une cuillère à café et façonner une boulette (de la taille d’une grosse bille), la rouler dans le sucre et la déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé.

Procéder jusqu’à épuisement de la pâte.

prêt à cuire

Enfourner pour 12 minutes, jusqu’à ce que le dessus des cookies soit craquelé.

Déposer sur une grille (à l’aide d’une spatule car les cookies sont mous à ce stade) et laisser refroidir.

Déguster avec un bon café, ça passe très bien. Le goût de réglisse est toutefois un peu trop présent à mon goût, mais ça n’a pas dérangé la plupart des goûteurs, et il y en a même qui ont carrément aimé.

 

fin post

version_imprimable