couverture

Avant les vacances, on a eu un accident avec le congélo.

Quelqu’un l’a certainement mal refermé et n’a pas entendu le Bip, et le machin n’a pas aimé et s’est mis à protester en faisant de la glace tout plein sous les tiroirs et derrière son cache. Eh oui, le parpaing c’est totalement has been pour manifester, maintenant, le challenge, c’est la glace.

Bref, le temps qu’on s’aperçoive que la température de la bête montait de manière inquiétante et que l’Homme fasse venir le technicien pour essayer de comprendre ce qui clochait, les vacances étaient là et je n’avais pas le temps d’utiliser toutes les denrées qu’il contenait.

Résultat, pendant deux jours j’ai tenté de cuisiner un max de choses. J’ai fait un riz fourzitout façon catalane avec des petits pois, des crevettes, du chorizo et du poulet, un peu comme une sorte de jambalaya.

J’ai gavé nourri les Gremlins de parts de pizza et de nems de chez Monsieur P. et j’ai aussi réussi à sauver ces 4 souris d’agneau désossées.

Pour le reste, ben ça a trainé trois semaines dans un congel qui flirtait avec le zéro degré, donc au retour de vacances, ça a été direction la poubelle (et encore, je m’estime heureuse que ça ne soit pas descendu plus bas et que ça n’ait pas pourri complètement – l’Homme était supposé vider les denrées avant de me rejoindre…).

Alors mes souris d’agneau, comme je savais qu’elles seraient les seules rescapées, j’avais décidé de les soigner, vu que leurs copines allaient périr (bordel, il m’en restait encore deux barquettes….). Alors quoi de mieux qu’un bon curry bien parfumé pour se consoler ?

 

J’ai opté pour un korma d’agneau aux noix de cajou. Il faut beaucoup d’ingrédients, c’est vrai, mais la recette en soi n’est pas compliquée et ça vaut le coup de passer un peu de temps en cuisine car le résultat est vraiment fondant et parfumé à souhait. Parfait pour se consoler..

 

Pour deux personnes

 

  • 4 souris d’agneau désossées ou de sauté d’agneau
  • 2 oignons
  • 4 grosses gousses d’ail
  • 1 cuillère à café de grains de poivre concassé
  • 1 cuillère à café de graines de cardamome (on peut aussi prendre de la cardamome en poudre, dans ce cas ½ cuillère à café)
  • 1 cuillère à café de graines de moutarde
  • 1cuillère à café de graines de fenugrec
  • 4 cuillères à soupe de vinaigre (je prends du vinaigre de cidre)
  • 2 cuillères à café de sucre roux
  • 2 cm3 de gingembre frais
  • 1 cuillère à café de coriandre en poudre
  • 1 cuillère à café de curcuma
  • 2 cuillères à soupe de purée de noix de cajou (en magasin BIO)

 

Dans une poêle antiadhésive, faire griller toutes les épices sauf la coriandre et le curcuma, à sec. Les mettre dans le bol d’un mixeur avec le vinaigre, le sucre et du sel.

 

épices

Dans la même poêle, verser une cuillère à soupe d’huile d’olive et faire revenir l’oignon grossièrement émincé, tout doucement, jusqu’à ce qu’il soit doré. Mettre dans le bol du mixeur, ajouter 4 cuillères à soupe d’eau et mixer le tout.

Faire chauffer une cuillère à café d’huile dans une poêle et faire dorer les morceaux d’agneau, puis les déposer sur du papier absorbant.

viande dorée

Dans un hachoir ou un petit mixeur, mettre le gingembre épluché coupé en morceaux, l’ail et une cuillère à soupe d’eau et mixer pour obtenir une pâte.

ail et gingembre

Faire revenir le gingembre et l’ail dans la poêle utilisée pour la viande, ajouter la coriandre et le curcuma et faire griller sans cesser de remuer.

epices et gingembre

[Petite parenthèse : je suis une grande fan des cuissons lentes au four pour tous les plats en sauce, donc j’ai choisi de faire cuire mon korma au four. Aussi parce que la viande d’agneau se prête parfaitement à cette cuisson. Si  on n’a pas la chance d’avoir, comme moi, la cocotte de mamie qui va au four, ou juste la flemme de faire comme ça, on peut parfaitement continuer la cuisson dans une sauteuse qui a un couvercle.]

Transvaser le mélange dans une cocotte qui va au four et ajouter le mélange d’épices  et d’oignons mixés. Faire revenir quelques minutes, ajouter la viande.

viande et epices

 

Recouvrir d’eau et enfourner à 160°C pour une heure, voire plus si on peut.

avec eau

Goûter, rectifier en sel si besoin et ajouter les deux cuillères de pâte de noix de cajou.

cajou

Mélanger et faire chauffer encore une dizaine de minutes (pas forcément au four cette fois ci, la plaque ou le gaz vont très bien).

fin post

Servir avec un riz basmati ou de la semoule.

 

version_imprimable