couverture

Il y a des périodes comme ça où l’inspiration ne vient pas, mais alors, pas du tout. J’avoue que mes lectures du moment n’y sont pas étrangères. Depuis que j’ai plongé dans l’univers de Robin Hobb, j’ai un peu de mal à me motiver pour autre que chose que lire les aventures de ses personnages. Du coup, le soir, quand je rentre, j’ai une seule idée en tête : torcher rapidement la préparation du repas pour me poser comme une bouse dans un fauteuil et lire quelques précieuses pages des aventures des Liveship Traders (Les aventuriers de la mer en français) pendant que l’Homme dégomme plein de méchants sur sa console pour se défouler après sa journée stressante.

Comble de tout, la semaine passée, la chaleur s’est rappelée à notre bon souvenir et est venue nous faire un petit coucou. Du coup, le soir, j’avais surtout envie de fraîcheur. Or, chez moi, qui dit fraîcheur dit salade.

Sauf qu’en ce moment, l’Homme est de nouveau tout cassé et ne peut pas manger de crudités le soir. Ni de fromage. Ni de trucs épicés. Ni de trucs trop lourds.

Bref, la grosse galère de l’assiette, la zermi alimentaire, le vide gustatif.

Au final, un soir, j’étais partie pour faire une simple salade de riz plutôt classique (genre avec du thon, de l’œuf dur et des olives), mais je me suis aperçue que j’avais deux tranches de jambon à utiliser.  J’ai donc changé mon fusil d’épaule et décidé de faire un riz « cantonais ». Je mets des guillemets car le riz cantonais qu’on trouve dans la plupart des restos asiatiques n’a, à mon avis, de cantonais que le nom.

En attrapant le jambon dans le frigo, j’ai aperçu la boîte de miso. J’ai eu comme un éclair (enfin, plutôt une faible lueur, faut pas déconner non plus) de créativité et je me suis dit que j’allais garder les mêmes ingrédients que pour le riz cantonais mais que j’allais le faire en salade, avec une vinaigrette miso.

 

C’était top et l’Homme a même déploré qu’il n’y ait pas de rab, c’est dire !

 

Pour deux personnes

  • 150 g de riz basmati (ou au jasmin)
  • 80 g de petits pois surgelés
  • 2 œufs
  • 2 tranches de jambon

Pour la sauce

  • 1 cuillère à café de miso
  • 1 cuillère à soupe d’eau
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre (ou de melflor)
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre de riz (si on n’a pas, on met deux cuillères de l’autre vinaigre)
  • ½ cuillère à café de sucre
  • 3 cuillères à soupe d’huile de sésame
  • ½ cuillère à café de sauce soja sucrée

 

Dans un saladier, verser le riz cru et recouvrir d’eau. Agiter avec la main, vider l’eau, recommencer l’opération jusqu’à ce que l’eau ne soit plus trouble.

Porter à ébullition une grande marmite d’eau salée et plonger le riz. Lasser cuire le temps indiqué (en général, une dizaine de minutes).

Lorsque le riz est cuit, l’égoutter dans une passoire et rincer abondamment à l’eau froide. Laisser refroidir.

Préparer la sauce en mélangeant tous les ingrédients. Pour ces quantités, j’ai trouvé que le parfum était très léger. La prochaine fois, je doublerai la quantité de sauce, mais pour la première fois, je conseille de ne pas en mettre trop, histoire de voir si on aime les saveurs.

Faire cuire les petits pois (option feignasse pour moi, au micro-ondes).

Dans une poêle, faire chauffer une cuillère à soupe d’huile neutre (tournesol par exemple, ou Isio 4) et verser les œufs battus. Les faire cuire en touillant (faire des œufs brouillés, donc), puis couper le feu et réserver.

Découper les tranches de jambon en tout petits morceaux.

Dans un saladier, mettre le riz, le jambon, les petits pois et la brouillade.

ingrédients saladier

 

Ajouter la sauce et mélanger.

mélange saladier

Filmer et mettre au frais. Idéalement toute une nuit pour que les saveurs s’imprègnent bien, mais si, comme moi, vous souffrez du syndrome jefaistoutàlarrache, au bout d’une demi heure c’est tout à fait correct.

Si on en a, on peut ajouter un peu de coriandre ciselée au moment de servir et de déguster.

fin post

 

version_imprimable

 

Enregistrer