fini

Je crois voir déjà mentionné le fait que j’ai des collègues sympas, voire très sympas. Ils acceptent toujours de jouer les goûteurs et ne sont jamais méchants, même quand les brioches n’ont pas levé ou quand le gâteau est trop sucré.

En plus de ça, ils me fournissent en matière première : mon chef m’a donné un pot de miel (récolté dans les ruches du lycée où travaille son épouse), V. m’a ramené une bouteille de crème de mirabelle de Lorraine, bref, tout le monde contribue à l’alimentation de ce blog.

Mon plus grand contributeur est sans contexte F. qui me ramène très souvent des bonnes choses d’Algérie : j’ai ainsi eu la chance d’avoir  des épices, des moules à maamouls et à makrouts, une huile d’olive à se damner. Récemment, il m’a amené des pommes qui viennent de son amap. Un gros sac de pommes bio, qui ressemblaient à celles du jardin de mes parents. Fermes, parfumées, de petit taille, juteuses…..  Gremlinette en a mangé une ou deux, mais j’avais peur qu’elles s’abiment alors ce week end, j’ai décidé de faire un crumble, car Gremlin en réclamait à corps et à cris. Il a vu ça dans un livre ou à la télé, et il voulait absolument goûter.

Le crumble est un dessert que j’ai fait très souvent par le passé, parce que ça me rappelait l’Angleterre. Et puis j’avoue, je me suis lassée. Alors du coup, pour cette recette, j’ai eu envie de le pimper un peu, car je n’avais pas envie d’un trop simple crumble aux pommes. J’ai tout simplement ajouté dans la pâte des éclats de noisettes torréfiées. Carton plein. Gremlin m’a gratifiée d’un rare « c’est trop bon ton crumble ! », l’Homme aussi et F., à qui j’avais amené le reste, a également validé la recette.

 

Pour 4 personnes

  • 6 pommes assez sucrées
  • 1 bâton de cannelle
  • 2 cuillères à soupe rases de sucre mascobado

 

Pour le crumble

  • 80 g de noisettes
  • 100 g de farine
  • 80 g de sucre roux
  • 90 g de beurre demi sel (avec cristaux, c’est meilleur)

 

Mettre les noisettes décortiquées dans un plat et enfourner dans un four préchauffé à 180°C pour quinze minutes. Sortir les noisettes du four et dès qu’elles ont un peu refroidi, les mixer grossièrement au mixeur. Elles ne doivent pas être en poudre, on doit trouver de gros éclats.

Eplucher les pommes et les couper en morceaux. Les mettre dans une casserole avec le bâton de cannelle fendu en deux (pour mieux libérer les arômes) et le sucre mascobado.

pommes et sucre

 

Faire compoter tout doucement à couvert en surveillant régulièrement pour ne pas que ça attache. Lorsque les pommes sont fondantes et bien compotées, sortir du feu et couvrir.

pommes compotées


Dans un saladier, mettre la farine, les noisettes, le sucre et le beurre. Avec les mains, « sabler » le tout : frotter les ingrédients entre les mains jusqu’à ce qu’ils forment une sorte de sable grossier.

crumble

Mettre les pommes dans un plat qui va au four et recouvrir avec le crumble. Enfourner à 180°C pour une vingtaine de minutes en surveillant la cuisson. Le crumble doit être à peine doré.

sorti du four

En Angleterre, on déguste le crumble tiède avec du custard chaud. J’avoue trouver ça hyper indigeste, et puis le custard Bird’s instantané, ce n’est pas le meilleur souvenir que je garde de la gastronomie anglaise.

fini

Du coup, je sers mon crumble froid ou à température ambiante, et je trouve que ça passe bien mieux comme ça. J’ajoute qu’on peut  aussi le déguster avec un muscat bien frais, ça va très bien avec.

version_imprimable

 

 

Enregistrer