chien ballon

Ce blog, comme son nom l’indique, est un blog de cuisine, parce que j’aime cuisiner et que c’est le seul loisir que je peux encore pratiquer sans que cela me demande des jours de préparation logistique.

Peu de temps après avoir commencé ce blog, j’ai décidé de quitter l’ère préhistorique et de créer également un compte Instagram du blog. J’avoue, j’ai fait ça uniquement parce que toutes les autres blogueuses le font.

Au début, j’ai galéré, je ne pigeais pas trop comment ça marchait, et puis petit à petit, c’est venu et je me suis mise à prendre plaisir à faire des photos et à les poster depuis mon téléphone.

Un jour où je n’avais pas de photo de plat, j’ai mis en ligne un petit monstre de Cap Phi que j’avais pris en photo à la demande de Gremlin qui l’avait trouvé trop mimi (les murs du plateau en sont kafis, pour mon plus grand bonheur).

J’ai eu plein de likes de gens dont je suis allée voir les profils. Je me suis alors aperçue que beaucoup de personnes prenaient plein de photos de streetart, à Lyon, près de chez moi, et que je n’avais jamais vraiment fait attention à tous ces petits trésors qui fleurissaient sur nos murs.

 

Jusque-là, je dois avouer que je n’accordais que peu d’attention aux œuvres urbaines et je remarquais surtout les tags et autres graffitis moches et inutiles. J’avoue que j’avais aussi quelques préjugés sur les gens qui s’amusent à dessiner sur les murs, et puis un jour, je suis tombée, Montée de la Grande Côte, sur le bébé bombe. J’ai trouvé ça très drôle.

bébé bombe

 

Quelques jours plus tard, au gré d’une promenade, je me suis trouvée nez à nez avec le magicien d’Oz.

 

Oz

 

Je l’avais déjà vu passer sur des comptes insta, mais là, en vrai, ça déchirait. J’ai immédiatement adoré l'aspect engagé, le détournement d’un conte pour enfant, le côté subversif. A partir de ce jour, j’ai commencé à chercher, guetter, scruter les murs. Comme c’était la saison où les jours sont longs, c’était facile. En quelques jours, j’étais devenue accro.

Et il faut dire que Dav nous a bien gâtés à la belle saison. Peu de temps après Oz, il a posé juste à côté une Marianne en pleine dépression, qui n'a malheureusement pas fait long feu (on se demande bien pourquoi...)

20160604_113730

 

S'il n'est pas le seul à être présent sur nos murs, je dois avouer que Dav est dans le top 5 de mes chouchous. Artiste de l’ombre, engagé, imaginatif, talentueux et facétieux. A l’opposé du cliché que j’avais sur le gamin mal élevé et pas bien malin qui gribouille son nom sur le mur histoire d’exister en dehors de la cour de récré du collège. Au fil de ses œuvres, on découvre un véritable engagement pour certaines causes et ça tombe bien, ce sont des causes qui me parlent.

20161029_173259

 

 

20160415_165345

Parfois, par envie de légèreté, l’homme à la casquette délaisse les sujets sérieux pour nous offrir un peu de rigolade, et c’est toujours pour notre plus grand plaisir.

20160829_182819

Souvent dans la provoc (j’adore), il dépose un pochoir qui dénonce la pédophilie à deux pas de l’église Saint Georges (inutile de préciser que l’œuvre n’est pas restée très longtemps).

20160701_170146

20160701_170213

 

Mais parfois, la critique laisse la place à la tendresse et nous nous retrouvons avec une brassée de coeurs

20161031_163502

 

Faux mégalo et vrai modeste, j’espère qu’il continuera encore longtemps à égayer les rues de Lyon et mes trop rares excursions de chasse au streetart.

Allez, un petit dernier pour la fin, parce que c'est un de mes préférés

20160829_183628

 

C'est fini pour aujourd'hui....