couverture

Il y a une dizaine d’année, je suis allée en vacances pour quelques jours à Barcelone et j’y ai découvert le jambon Pata Negra (et aussi les œuvres de Miró parce que faut pas croire, mais je ne m’intéresse pas qu’à la bouffe dans la vie).

Moi qui voue une passion éternelle au cochon et à tout ce que se mange à base de cochon, je ne pouvais qu’aimer ce délicieux jambon à la robe foncée, aux saveurs marquées et à la rondeur en bouche vraiment incroyable. Malheureusement, comme tout ce qui est bon, c’est rare et cher, et il faut se méfier des erzatz qui envahissent les rayons, ou des appellations mensongères.

N’étant pas experte, je me fais probablement souvent avoir, parfois de manière consentante, mais parfois à mon insu.

Là, j’ai découvert à Monoprix les produits de la marque Casa Ramon. Après un petit coup d’œil aux ingrédients, ça semble à peu près honnête, et leurs produits sont savoureux, donc j’en achète souvent. J’espère juste que leurs cochons ne sont pas nourris avec des glands Monsanto (j’adore l’association de glands et Monsanto dans la même phrase, d’ailleurs…)

Cet été, parmi les grands classiques de mes salades, on retrouvait les pépites de Pata Negra. J’en avais donc acheté un petit stock en prévision de savoureuses salades, mais le froid a pointé le bout de son nez de manière inattendue, et je n’avais soudain plus du tout envie de fraîcheur, mais toujours très envie de déguster mes pépites de Pata Negra.

C’est donc tout naturellement que je me suis tournée vers mon aliment fétiche : les pâtes, et j’ai fait d’une pierre deux coups car j’ai pu utiliser une barquette de tomates cerises qui commençaient à flétrir.

J’ai fait simple mais efficace et comme toujours, on peut moduler la recette et remplacer les pépites de Pata Negra par des miettes de jambon (voire de thon si on aime ça mais moi je ne suis pas fan), par un reste de viande qu’on aura hachée, bref… on peut faire preuve de créativité.

Ce qui donne tout son caractère à ce plat, c’est le petit verre de rancio dans la sauce. J’avoue que, même si on peut tout à fait le remplacer par un simple verre de rouge ou de blanc, le goût sera irrémédiablement moins typé.

Pour deux personnes

  • Des pâtes (type pappardelles, tagliatelles, linguine…)
  • 1 burrata
  • 200 g de tomates cerises (ou tomates normales)
  • 80 g de pépites de Pata Negra (celui-ci pour moi)
  • 1 échalote
  • 2 cuillères à soupe de sucre
  • 5 cl de rancio (un exemple)
  • Une poignée de pignons
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive

 

Cette recette est simple et assez rapide.

Eplucher et émincer l’échalote et la faire revenir dans l’huile d’olive en surveillant pour ne pas qu’elle attache.

Lorsqu’elle commence à dorer, déglacer avec le Rancio, porter à ébullition, puis baisser sur feu moyen et ajouter les tomates cerises lavées et coupées en deux. Saler, poivrer, mettre le sucre, couvrir et laisser compoter à feu doux un petit quart d’heure environ en surveillant régulièrement.

Faire griller les pignons dans une poêle anti adhésive. Attention, ça crame vite…

Faire cuire les pâtes, les égoutter et les remettre dans la casserole. Verser la sauce sur les pâtes et ajouter les pépites de Pata Negra et les pignons, mélanger et servir dans les assiettes. Parsemer de lamelles de Burrata, servir immédiatement et déguster pendant que ça fume encore (sans se brûler hein !).

fin post

version_imprimable