couverture

Il y a plein de filles qui achètent impulsivement des chaussures, des fringues ou du maquillage.

Moi, c’est plutôt de la bouffe (mais siiii, tu saiiiiis, c’est l’ingrédient secret à la mode sur tous les blogs en ce moment !!!! Il était en promo !!!!!), ou des livres de cuisine. Chacun son kif hein !

Donc ce samedi, lors de ma passionnante excursion shopping à Monoprix à 10h30 (mais quel cauchemar), je suis tombée en extase devant la vitrine du rayon boucherie. Il y avait de la palette fraîche, le truc assez introuvable en règle générale.

La palette, c’est comme l’échine. C’est un morceau bon marché, boudé par beaucoup parce que trop gras, trop simple, trop prolo. Moi, je l’adore parce que je le trouve trop bon. Du coup, j’en ai acheté trois énormes morceaux, sans vraiment savoir ce que j’allais en faire, et surtout sans réaliser que le congel est plein.

Ce n’est qu’une fois devant mon frigo déjà bourré à craquer que j’ai réalisé qu’il allait falloir rapidement la cuisiner parce que je n’avais de place ni au frigo ni au congel. Heureusement, j’avais invité mon père dimanche midi.

Quoi de mieux pour lui faire plaisir que de faire honneur à ses racines Chtis avec une bonne carbonnade revisitée ? En plus, j’avais une bouteille de bière rousse Ninkasi à utiliser (j’avoue que j’ai eu du mal à la boire celle-là, vraiment trop amère pour moi).

Il fallait un truc qui cuit tout seul aussi, parce que Gremlin était invité à l’anniversaire de son meilleur ami et je savais que j’allais passer la journée à cavaler à droite et à gauche. Donc j’ai ressorti la cocotte Staub et hop, direction le Nord.

J’avais du pain d’épices maison au congel (j’en avais fait un exprès l’an passé en prévision de futures carbonnades justement), sinon, pas d’ingrédient piège.

 

Voici donc la recette, réalisée avec 1.5 de viande.

Pour 4 personnes

  • 1.5 kg de porc (échine ou palette fraiche)
  • 50 cl de bière (de préférence rousse ou brune)
  • 2 oignons
  • 3 tranches de pain d’épices maison (ou pas mais c’est meilleur et au moins on sait ce qu’il y a dedans)
  • 3 cuillères à café de moutarde
  • 3 cuillères à soupe de vergeoise brune
  • Sel, poivre

 

Comme la plupart des recettes mijotées (elle ferait frémir un certain chef très réputé qui apparait souvent à la télé et n’aime pas la cuisine de grand-mère), elle ne comporte pas de grande difficulté. Il faut juste veiller à bien équilibrer les saveurs

 

ingrédients 1

Eplucher et émincer l’oignon et le faire revenir dans la cocotte avec un peu de beurre. Lorsqu’il commence à être fondant, ajouter les morceaux de viande et les faire dorer sur toutes les faces.

 

viande dorée

Verser en suite la bière et un peu d’eau et porter à ébullition, puis baisser la température.

 

Mettre sur chaque tranche de pain d ‘épices une petite cuillère de moutarde. J’ai mis deux cuillères de moutarde normale et une cuillère de moutarde à l’aigre douce.

tartines moutarde

Déposer les tranches de pain d’épices dans la cocotte, côté moutarde vers la viande. Couvrir et mettre au four à 170 pour au moins deux heures, voire trois.

 

tartines dans cocotte

Comme tous les plats en cuisson longue, il sera encore meilleur réchauffé.

La viande doit être fondante et se détacher toute seule. Sortir la viande et la découper sur une planche. Bien mélanger la sauce : elle est épaisse et grumeleuse à cause du pain d’épices. C’est normal et c’est ce qui est sympa.

Idéalement, je sers la carbonade avec de la purée, mais là, on en avait mangé la veille, donc j’ai opté pour des céréales et une poêlée de légumes anciens. Déposer un ou deux morceaux de viande dans l’assiette, mettre la sauce à côté, puis l’accompagnement.

 

fin post

Déguster bien chaud avec un rouge bien corsé (oui, je sais, je conseille toujours un rouge bien corsé, mais c’est parce que c’est ce qui s’accommode souvent le mieux avec mes plats).

version_imprimable