couverture

Encore une non-recette née un soir de grande flemme mais qui a finalement donné un truc pas dégueu du tout qui mérite tout de même d’être partagé, parce que je sais (enfin j’espère) que je ne suis pas la seule à expérimenter régulièrement ces instants de grande détresse au moment de préparer à manger et qu’on se rend compte que le frigo est presque vide.

 

Ce soir-là, c’était pire que tout parce qu’en plus de ne pas avoir d’inspiration, je n’avais pas faim. Si si, ça m’arrive parfois, surtout lorsque je me suis envoyé une énorme pizza à la cantine à midi. Sauf que l’Homme, lui, il survit grâce à des Pasta Box, donc hors de question de zapper le repas du soir ou de se contenter d’un morceau de fromage et de biscotte.

J’avais des blancs de poulet au congel (c’est bien pratique, j’essaie d’en avoir tout le temps car c’est rapide à cuisiner et ça s’accommode un peu à toutes les sauces) et un reste de crème fraiche, je me suis donc naturellement dirigée vers un émincé de poulet à la crème.

Pour pimper un peu tout ça, j’ai hésité : rhum, whisky, Rancio ? J’ai finalement opté pour le balsamique, pour voir ce que ça donnait. J’ai rectifié au fur et à mesure, notamment en ajoutant du sucre, et finalement, c’était au top, dixit l’Homme.

 

Pour deux personnes

  • 2 blancs de poulet
  • 1 échalote
  • 4 cuillères à soupe de vinaigre balsamique
  • 1 cuillère à soupe de sucre
  • 20 cl de crème (liquide ou épaisse peu importe)
  • Poivre du moulin
  • 10 grammes de beurre (enfin une noix quoi)

 

Comme vous allez le voir, cette recette est d’une simplicité enfantine. Même l’Homme pourrait la réaliser s’il lui en prenait l’envie (ce qui, autant le dire, a autant de chance d’arriver que de voir Donald Trump se mettre à dire des choses intelligentes), pour vous donner une note sur l’échelle de la facilité.

 

Eplucher et émincer l’échalote et la faire revenir doucement dans une poêle. Lorsqu’elle commence à être fondante, ajouter le poulet coupé en morceaux de la taille d’une bouchée et faire cuire jusqu’à ce que la viande soit dorée.

 

viande poele

Ajouter ensuite le vinaigre et bien mélanger. A ce stade, ça sent très fort et ça pique même les narines. Pas de panique, c’est normal, ça va passer.

viande et vinaigre

Ajouter le sucre, mélanger et laisser chauffer quelques minutes, puis mettre la crème et le poivre.

avec sauce

Mélanger, chauffer encore un peu et servir de suite.

fin post

J’avais envie de servir ce plat avec du riz basmati mais en raison d’une flémingite (elle est chronique chez moi) et d’une grosse faim due à l’heure tardive, j’ai opté pour du couscous, mais ce plat s’accommode très bien d’une purée, de riz, de patates vapeur (pardon : de pommes de terre en robe des champs), de quinoa si vous aimez ça….

 version_imprimable

 

Enregistrer