couverture

Il y avait longtemps que je n’avais pas fait de recette madeleine de Proust. Avec la chaleur qui semble s’être installée pour un moment, je multiplie les salades et autres plats qui se mangent froids.

J’ai eu envie, pour changer des salades de pâtes et de riz, de faire cette salade de pommes de terres toute simple, et puis c’était un moyen de faire un petit clin d’œil à l’Alsace (un quart de mes origines tout de même) et aussi de rendre hommage à ma grand-mère qui maîtrisait si bien la cuisine du terroir.

J’ai évidemment pris quelques libertés avec la recette : normalement, il faudrait la servir avec du cervelas (soit coupé en morceaux dans la salade, soit servi à part), mais celui qu’on trouve à Lyon n’est pas génial, donc j’ai préféré prendre du saucisson fumé à l’ail. On peut aussi normalement mettre dans la salade des petits morceaux de cornichon (piquants ou aigre doux – mes préférés) mais l’Homme n’aime pas le cornichon, et je pense que Gremlinette aurait carrément refusé de goûter. Du coup j’ai pimpé avec un peu de ciboulette à la place.

Cette recette est simple, basique même, c’est un plat rustique comme je les aime, mais il y a deux ou trois choses sur lesquelles il ne faut pas tergiverser.

Le vinaigre tout d’abord : surtout pas de vinaigre balsamique ou de vinaigre de Banuyls. Il faut absolument un vinaigre léger. Moi j’ai pris du Melfor mais il est parfois difficile d’en trouver. On peut donc prendre du vinaigre de cidre à la place.

Ensuite : le cervelas : pitié, pas de knacki industrielle ou de cervelas à la peau rouge… Si on ne trouve pas de bonne charcuterie alsacienne, on prend du local, et du bon (pour les lyonnais, un reste de sabodet ou de saucisson pistaché, mais ça marche aussi avec la Morteau et la Montbéliard qu’on trouve très facilement ici).

Enfin, les patates : il faut des pommes de terre un peu fermes mais pas trop, car elles risquent de s’écrabouiller à la cuisson. Donc on choisit bien des patates spéciales « vapeur, salades ».

 

Ingrédients pour deux personnes, pour un plat complet

  • 4 ou 5 pommes de terre selon la taille (plus si, comme les miennes, elles sont très petites)
  • 1 morceau de charcuterie type saucisson à l’ail ou Morteau, déjà cuit
  • 2 cuillères à soupe de ciboulette hachée
  • Du bouillon de légumes ou volaille
  • Vinaigre Melfor
  • Huile neutre et huile d’olive

 

Eplucher les pommes de terre et les mettre à cuire, entières, dans un grand volume d’eau salée, avec le saucisson à l’ail (il sera plus moelleux et il parfumera délicatement les patates).

patates casserole

Les puristes de la kartoffelsalat vous diront qu’il faut faire cuire les patates en robe des champs parce que c’est meilleur. C’est une affaire de goût, perso, je préfère les éplucher avant, et en plus, c’est bien plus facile. Mais chacun fait selon ses envies.

Lorsque les patates sont cuites (elles ne doivent pas être trop cuites sinon elles s’écrabouillent), les laisser refroidir une dizaine de minutes, puis les couper en gros morceaux et les mettre dans un saladier.

patates nature

On peut maintenant s’attaquer à la sauce.

C’est hyper facile : un tiers de chaque.

Quelle que soit la mesure choisie (une petite louche pour moi), il faut un tiers de bouillon, un tiers d’huile et un tiers de vinaigre.

Pour le bouillon, plusieurs options. Vous êtes pressée et vous n’avez pas le temps : vous prenez un cube et hop, dans l’eau bouillante jusqu’à dissolution.

Vous êtes prévoyante et vous avez congelé du bouillon de volaille la dernière fois que vous avez fait une poule au pot : hop, dans la louche.

Vous n’êtes ni pressée ni prévoyante mais vous aimez les bonnes choses donc vous décidez de faire un vrai bouillon de légumes. Super simple. On épluche une carotte, un poireau, un oignon et on coupe grossièrement, on met dans un litre d’eau, on ajoute une demi cuillère à café de sel de céleri et une pincée de gros sel, un clou de girofle et on porte à ébullition. On laisse glouglouter une vingtaine de minutes et c’est prêt.

Moi ce soir-là j’étais pressée donc j’ai pris un cube. (Je me flagellerai à l’occasion pour me repentir, mais là j’ai poney aquatique donc je peux pas).

 

Donc, dans un bol on mélange :

Une dose d’huile. Moi j’ai mis moitié moitié olive et Isio 4 mais en principe, en Alsace, on n’utilise pas d’huile d’olive.

Une dose de vinaigre Melfor

Une dose de bouillon chaud

Sel, poivre

 

On verse dans le saladier où les patates attendent sagement d’être assaisonnées. On ajoute le saucisson (ou la Morteau, ou la Montbéliard, ou le cervelas) coupé en petits dés, la ciboulette, on mélange, on filme, on met au frigo et on attend une nuit au moins avant de déguster, ça permet à la sauce d'épaissir et de mieux napper les patates.

gros plan saladier avant marinade

C’est pas mal avec un vin blanc local bien frais.

fin post

Une recette rustique méritait bien une vieille assiette chinée au dernier vide grenier....

version_imprimable

Enregistrer