couverture

L’Homme est totalement hermétique à tout ce qui concerne l’alimentation saine, les additifs, les OGM et les autres saloperies qu’on trouve à foison dans la plupart des trucs alimentaires déjà cuisinés.

J’essaie de limiter les achats de produits industriels lorsqu’ils sont superflus. En gros : j’achète des pâtes, du couscous, de la moutarde, des yaourts mais j’évite la confiture (parce que je peux la faire moi-même), la pâte à tartiner pleine d’huile de palme, certains biscuits dont la liste d’ingrédients comporte trop de E machin et de noms qui finissent pas ate, ide ou um. Exception faite de quelques incontournables pour les Gremlins (par exemple le biscuit qui fait un sourire, ou celui qu'on grignotte en commençant par les coins), j’achète principalement des marques de bobo croix-roussien (comme dirait un de mes collègues) qui contiennent surtout du naturel, ou alors je fais moi-même.

Oui mais voilà, l’autre soir, l’Homme se ramène, tout fier, avec un pot de pâte à tartiner aux cacahuètes de la marque Reese (il est fan de leurs peanut butter cups).

Reese, c’est américain et bien que je n’aie rien contre les Américains en tant que personnes, j’ai un peu de mal avec leur lobby agroalimentaire (sans parler de Monsanto) qui nous fourgue des saloperies d’additifs partout, qui cible sans aucun scrupule les gamins avec des produits qui n’ont RIEN de bon pour la santé (sucres raffinés, colorants, arômes artificiels, graisses non identifiables, OGM et j’en passe). Donc déjà, par définition, je me méfie.

Tout content, l’Homme me dit « y’a pas d’huile de palme, j’ai regardé ».

OK…. Je regarde et là je vois « matières grasses végétales HYDROGENEES »

La totale.

Le pire, c’est qu’il en a goûté une demi cuillère à café et m’a dit, moue en avant « mouais, bof, je suis pas fan »

Du coup je me retrouve avec un énorme pot de pâte à tartiner, sans savoir comment l’utiliser.

J’ai bricolé hier soir cette sauce avec un peu de pâte à tartiner et quelques épices, ça passait très bien. On a juste oublié qu’on mangeait de la cochonnerie parce que c’est une fois de temps en temps, et surtout on s’est régalés alors on ne va pas cracher dans la soupe hein ? Je teste ce soir sur Gremlin qui m’a suppliée de lui en laisser « pour une fois » (genre on l’affame), on verra si ça lui plaît.

 

Pour deux personnes

 

  • 2 filets de poulet
  • 1 échalote
  • 2 gousses d’ail
  • 1 cuillère à café de gingembre moulu
  • 1 grosse cuillère à café de raz el hanout
  • ½ cuillère à café de paprika fort (enfin moi je suis une privilégiée, j’ai utilisé de fantastique « piment doux » que fabrique la tante algérienne de F.)
  • 2 cuillères à soupe de purée de cacahuètes
  • 1 boîte de chair de tomates
  • 1 cuillère à soupe de sucre
  • 1 cuillère à soupe d’huile neutre
  • 2 cuillères à soupe de coriandre fraîche hachée
  • Sel, poivre

 

Faire revenir l’échalote épluchée et émincée dans l’huile, puis ajouter les morceaux de poulet et les faire dorer.

poulet poêle

Ajouter ensuite les épices.

épices

Mélanger,

poulet épices

 

ajouter l’ail pressé, la tomate et la pâte de cacahuètes délayée dans un peu d’eau bouillante. Saler, poivrer, ajouter le sucre, couvrir et laisser mijoter à feu doux pendant une demi-heure.

 

sauce suateuse

Vérifier la consistance de la sauce (elle doit être onctueuse) ; si elle est trop liquide, faire réduire un peu à découvert. Parsemer de coriandre et servir avec du boulghour. La coriandre n’est pas indispensable, mais elle apporte de la fraîcheur à l’ensemble.

fin post

 

version_imprimable