couverture

A force de lire des articles, plus ou moins fiables je l'admets, sur les additifs alimentaires ou les produits utilisés en amont pour la production de matière première , j’ai décidé d’essayer (je dis bien d’essayer) d’avoir le moins possible recours à des produits industriels.

Mine de rien, ça relève du challenge permanent, surtout quand à côté on bosse à plein temps, qu’on se tape 90 minutes de trajet par jour et qu’on a deux Gremlins en bas âge.

J’essaie de faire un max de choses moi-même, et parfois, ça prend du temps, mais au final, ça en vaut toujours la peine.

J’ai acheté une belle joue de bœuf pour faire une carbonade flamande. Or, la carbonade, ça se fait avec du pain d’épices. Hors de question d’acheter du pain d’épices tout fait, donc pas le choix : je dois le faire moi même. Et puis de toute façon, j’ai repéré une autre recette qui va en nécessiter donc c’est tout bénef.

J’ai trouvé LA recette qui me convient sur le blog Il était une fois la pâtisserie. Enfin, je retrouve cette texture ultra moelleuse, ce brun profond et cette saveur incroyable des pains d’épices qu’on trouve dans l’est de la France. J’ai fait mon propre mélange d’épices, car je n’aime pas les saveurs trop anisées, mais chacun doit aromatiser en fonction de ses goûts.

C’est la première fois que je trouve une recette qui inclut du café, et je crois que c’est en fait l’ingrédient mystère qui fait toute la différence. En plus, le parfum qui se dégage lors de la préparation est divin.

Je pense congeler ce que je n’ai pas utilisé pour des utilisations ultérieures.

 Je vous livre mon interprétation de la recette d'origine, il y a de légers changements.

  • 100 ml de lait entier
  • 50 ml de café fort (fait à la Nespresso parce que what else ?)
  • 2 clous de girofle
  • 90 g de beurre demi sel
  • 80 g de vergeoise brune (pas évidente à trouver, mais dans les Hyper en général, il y  en a – pas à Monop Croix Rousse par contre, snif)
  • 150 g de miel liquide
  • 2 œufs
  • 75 g de farine blanche
  • 75 g de farine complète
  • 2 cuillères à café de bicarbonate
  • 1 cuillère à café bombée de cannelle moulue
  • ½ cuillère à café de mélange épices spéciales pain d’épices (envoyé une année à Noël par les cousines alsaciennes).  Si on n’a pas de cousines alsaciennes, on peut tout de même en trouver, il existe plein de marques différentes.
  • ¼ de cuillère à café de quatre-épices
  • 20 g de cassonade

 

Faire chauffer le lait, ajouter le café et mettre les clous de girofle à infuser pendant qu’on prépare le reste. Il est important de prendre du café fort.

Faire fondre le beurre, la vergeoise et le miel. Je l’ai fait au micro ondes et c’était nickel.

Ajouter les oeufs, puis mélanger.

Dans un saladier, mélanger les farines, le bicarbonate, les épices et la cassonade. Ajouter le mélange beurre-miel et œuf, mélanger, puis ajouter petit à petit le mélange lait/café dont on aura pris soin de retirer les clous de girofle. A ce moment là, l’odeur qui monte du saladier est divine.

Là, en principe, il faut laisser reposer la pâte une heure au frigo, mais je n’avais pas le temps. Apparemment, ça permet d’avoir un pain d’épices encore plus fondant.

Verser la pâte dans un moule à cake beurré et fariné et enfourner pour 40 minutes dans un four à 170°C.

Vérifier la cuisson avec la pointe d’un couteau, et laisser refroidir 10 minutes avant de démouler.

 

fin post

Déguster avec un bon café au lait ou un thé Margaret’s Hope bien corsé. Petite astuce à la fois gourmande et très Madeleine proustienne pour moi : servir au petit déjeuner, tartiné de beurre. Ma grand-mère d'Alsace achetait du pain d'épices Prosper et me le donnait comme ça, au goûter et franchement, c'est un super souvenir. Et bien ce pain d'épices a exactement le goût du Prosper (le goût de l'enfance pour ceux qui ont connu), mais en version fait maison.