Final 4

 

J’adore la cuisine asiatique. Je n’ai pas eu souvent l’occasion de manger de la vraie cuisine asiatique (comprendre par là préparée par une personne asiatique), je les compte sur les doigts d’une main, mais à chaque fois, ça a été un enchantement des papilles.

J’essaie parfois de faire des plats moi-même, mais je suis souvent freinée dans mon élan par la liste d’ingrédients.

Nous avons pourtant la chance à Lyon d’avoir le quartier asiatique du 7è et un grand magasin Paris Store, le souci, c’est que je cours après le temps, et tout commerce se situant hors de mon plateau Croix Roussien devient une sorte de contrée inaccessible version parcours du combattant avec mes deux Gremlins (j’adore mes enfants, mais force est d’admettre qu’ils ne sont pas sortables).

Du coup, lorsque je lis une recette asiatique qui me plaît, j’ai tendance à la bidouiller, à remplacer certains ingrédients par d’autres, et au final, mon plat ne ressemble plus du tout à ce que j’avais repéré à la base.

Mais si c’est bon, je garde la recette.

J’avais repéré depuis un moment cette recette de porc au caramel chez Miss Tâm et j’ai eu très envie de la faire hier soir.

Problème : je n’avais que des joues de porc au congel, or la joue de porc, ça doit cuire longtemps. Je n’avais pas non plus de ciboule asiatique, ni de piment rouge frais ou  même de citron.

Quant à la sauce soja claire, je ne sais pas exactement ce qu’il faut prendre. A Monop’, il y a le choix entre sauce soja sucrée, et sauce soja tout court (ce que j’ai utilisé). Et le Nuoc Mam, c’est pareil : nous n’avons que le pâle erzatz  réservé aux occidentaux et qui, d’après les asiatiques que j’ai rencontrés, n’a rien à voir avec le nuoc mam utilisé au Vietnam (par exemple).

J’ai donc gardé la recette de base, mais j’ai remplacé le porc par des blancs de poulet, et modifié légèrement quelques autres ingrédients.

C’était super bon, léger, parfumé. Merci Miss Tâm !

Je note les ingrédients de la recette originale, avec mes modifications.

 

Pour deux personnes

  • 600 g de viande de porc en lamelles (échine, poitrine de porc ou palette) 2 blancs de poulet
  • 2 petites échalotes finement hachées 1 échalote émincée
  • 400 ml d’eau de coco nature (on en trouve facilement en brique ou en bouteille dans les magasins bio ou grandes surfaces, mais si pas d’eau de coco, remplacez simplement par de l’eau) 500 ml (c'est la quantité pour l'eau de coco Monop')
  • 1 cuillère à soupe de sauce de soja clair j’ai pris ce que j’avais, il y a juste écrit sauce soja
  • ½ cuillère à café rase de poivre moulu
  • 1 cuillère à soupe de jus de citron 1 cuillère à café de vinaigre Melflor
  • Ciboule de Chine (ciboulette thaïe, oignon vert…) une cuillère à soupe de coriandre hachée
  • Facultatif : Piment rouge en rondelles

Marinade de la viande

  • 3 cuillères à soupe de nuoc mam pur (saumure de poisson, de préférence du nuoc mam de Phu Quôc)
  • 1 cuillère à soupe de sucre cassonade
  • ½ cuillère à café de sel 1 cuillère à café de gingembre en poudre
  • 2 gousses d’ail hachées

Caramel

  • 2 cuillères à soupe de sucre
  • 2 cuillères à soupe d’huile

Mélanger les ingrédients de la marinade et verser sur le poulet coupé en petits morceaux (de la taille d’une bouchée). Laisser de côté et préparer le reste de la recette.

marinade 2

Dans une cocotte (ou une sauteuse), faire chauffer deux cuillères à soupe d’huile et deux cuillères à soupe de sucre à feu vif.

 

sucre

 

Laisser chauffer deux ou trois minutes, puis  ajouter aussitôt la viande et faire revenir jusqu’à ce qu'elle soit dorée.

 

viande dorée 2

Je n’ai pas osé trop colorer mon poulet de peur qu’il ne devienne sec, mais je crois que la prochaine fois, je tenterai, pour un meilleur visuel.

Ajouter ensuite l’échalote, la cuillère à soupe de sauce de soja et la cuillère à café de Melflor. Je l’ai utilisé pour remplacer le citron car je n’en n’avais pas, mais je ne pense pas que cela ferait une grande différence de ne pas en mettre. Laisser 5 minutes à feu vif en mélangeant pour ne pas que ça attache.

Verser l’eau de coco nature  et recouvrir complètement la viande. Porter à ébullition et laisser cuire ensuite à feu doux une vingtaine de minutes.

prêt 1

Comme je mange toujours très tard le soir, j’avais couvert pendant que ça mijotait, puis j’ai laissé réduire une dizaine de minutes à feu vif lorsque le moment est venu de passer à table.

 

Final 8

C’était délicieux avec un riz basmati

 

Final 1